Force Action Navale Africaine (F.A.N.A.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Force Action Navale Africaine (F.A.N.A.)

Message par Erwan Lafleur le Jeu 20 Mai 2010 - 11:25





La Force Action Navale Africaine (F.A.N.A.) fut formée au départ par un groupuscule de capitaines français ayant fuis l'occupation. A l'appel du général De Gaulle ils formèrent la seule force française d'active dans l'année 1942. Basée d'abord à Alger, colonie française encore libre du joug nazi, elle servit principalement en mer méditerranée.

Parent pauvre des alliés, parfois raillée, elle est pourtant devenu au fil des combats l'une des forces les plus efficaces sur les mers du vieux continent. Efficacité certainement dû à une sur-motivation de ses membres, combattants, contrairement aux autres commandants des nations encore libres, pour libérer leur pays occupé.

Les buts de cette force sont multiples, les fondateurs l'ont voulu polyvalente et en ce sens elle est capable d'assumer toutes les missions qui lui sont confiées : Protection de convoi, Destruction de menaces, Ravitaillement, Blocus, Sécurisation...

La F.A.N.A. s'est tout d'abord distinguée lors de la protection du convoi B2, classé d'importance stratégique majeure par l'amirauté, les capitaines se sont sacrifiés pour protéger l'arrière du convoi et livrèrent une bataille navale qui restera dans les annales au sein du golf de gascogne ou les allemands durent battre en retraite devant l'acharnement des forces alliées.

Son deuxième grand moment de gloire fût l'organisation du blocus du port de Toulon, il tint pendant plus d'un mois et on ne compte plus les sous-marins envoyés par le fond. Les nazis tentèrent de faire rejoindre l'Atlantique à leurs cuirassés lourds mais ils se brisèrent sur une résistance dantesque du blocus en place.

Le principal atout de cette flotille n'est pas son matériel, mais bien les hommes qui la composent. Communication et coopération sont les maîtres-mots à la F.A.N.A. A l'heure où la guerre se préparait à prendre une toute autre ampleur, les français, forts de leur succès passés et ayant gagnés la confiance de l'amirauté, se préparaient à être déployés sur un terrain d'action beaucoup plus vaste!

En cette année 1942, les effectifs de la F.A.N.A. ont largement augmentés en faisant une des forces de tout premier ordre en méditerranée. D'abord basée à Beyrouth les commandants français vinrent au secours des anglais de Malte à 2 reprises en brisant avec succès les blocus imposés par les italiens autour de l'île. Opérations cruciales afin de laisser libre passage entre l'ouest et l'est de la mer.

Puis l'opération Torch fût mené par les américains ce qui permit aux français de réintégrer Alger, port d'attache originel. En fin d'année une offensive de l'Axe est menée sur la région et les navires français durent à leur tour défendre leur territoire, ce qui aboutira à une victoire éclatante et à la fuite dans la plus grande confusion des forces Allemandes de Tunis.

En ce début 1943, et devant le nombre croissant de postulants, il est décidé de scinder la flotille en deux escadres et de créer la flotte de la F.A.N.A.







Nos Missions Officielles ou en Francs Tireurs :



Même si les Forces Navales Françaises Libres ne se voient confier que peu de missions en raison principalement du nombre réduit de ses effectifs, elle n’a néanmoins jamais refusé un ordre de l’amirauté et les missions auxquelles ils ont participé se sont toujours vu remplies jusqu’au bout et avec succès. Parallèlement, de caractère plutôt indépendant et bien trempé, les commandants FNFL ne restent pas les bras croisés à attendre les ordres de l’Amirauté et sont continuellement en opérations sur toutes les mers du globe. Voyageurs devant l’éternel, les FNFL ont parcouru le monde de long en large et en travers, Mer Noire, Méditerranée, Atlantique Nord et Sud, Mer du Nord, Baltique, Océan Indien, Mer Rouge,… rien ne nous est étranger, nulle distance ne nous arrête…


Opération « Convoi B2 » (Mars 194…)(Officiel – version Bêta du jeu)

Un convoi d’importance stratégique est annoncé depuis la Grande Bretagne à destination de l’Afrique du Nord. Sans hésiter les premiers commandants des Forces Navales Françaises Libres font un travail exemplaire lors de l’escorte du convoi. Le Golfe de Gascogne voit des affrontements d’une intensité rare et les Allemands devront battre en retraite devant l'acharnement des forces Alliées. La légende est née…


Opération « Néfertiti » (Septembre - Octobre 194…)(Officiel)

Escorte du convoi depuis Gibraltar jusqu'à La Valette (Malte) et ensuite Alexandrie (Egypte).
Les forces de l’Axe furent tenues en respect grâce aux options prises par les forces Alliées lors de cette mission. Les Allemands furent bloqués dans Tunis du fait de nos valeureux sous-mariniers alors que les Italiens, ne pouvant faire que des attaques furtives avec leurs vedettes se replièrent très vite devant la supériorité Alliée.
La totalité de la FANA s'est vue décorée pour ses actions lors de cette mission et le commandant Tomaso Quaglio fut distingué pour son dévouement.



.



Opération « Screwdriver » (Décembre - Janvier 194…)(Officiel)

La FANA escorte le cuirassé Jean Bart depuis Rabat (Afrique du Nord) jusqu'à Aberdeen (Angleterre) afin que celui-ci puisse être modernisé. Seuls quelques submersibles Allemands furent rencontrés et coulés le long des côtes portugaises et ce n’est qu’en entrant dans le Golfe de Gascogne que les forces de l’Axe se réveillèrent. Elles furent néanmoins tenues à distance par les Alliés FNFL-US-UK afin de faire passer la mission par la mer d’Irlande, longeant la côte par l’Ouest et revenant sur Aberdeen par le Nord. La mission fut une réussite totale et l’ensemble de la FANA-Carcharodon fut décoré à la suite de la mission. Les commandants, Bastien Loisel, Manon Lafleur et Erwan Lafleur ayant même reçu une distinction pour leur dévouement, seuls Alliés dans ce cas.



.


Opération « Chasse aux papillons » (Mai 194...)(Interne)

Une escadre allemande ayant été repérée par les renseignements Alliés au large de Toulon et faisant route sur des patrouilleurs FNFL, une opération fut montée afin de clarifier la situation dans les eaux de la Méditerranée Occidentale.
C’est ainsi qu’une escadre FANA composée de plusieurs destroyers et contre-torpilleurs, rejointe par leurs homologues sous-mariniers et soutenue par un submersible US, prit position afin d’intercepter les éléments hostiles de la 6ème et 8ème flottilles allemandes au large des îles Baléares.

Une attaque éclaire permit ainsi la destruction d’un destroyer de type 1936, d’un destroyer type 1936A mob ainsi que la mise en perdition d’un cuirassé de poche classe Deutschland qui réussira in extrémis à rentrer sur Toulon laissant derrière lui deux croiseurs légers classe Nürnberg dont un déjà salement touché. De plus, deux submersibles allemands firent les frais de nos ASM dont le plus gros submersible Allemand de Méditerranée… le type IXd2 du capitaine F.Fischer.

D’autres navires Italiens et Allemands furent également détruits dans les jours suivants pour un tonnage coulé de 14154 tonnes de matériel Italien et 53624 tonnes de matériel Allemand, soit plus de 67000 tonnes.

Nous espérons que les Allemands auront enfin compris que la Méditerranée est le jardin des Forces Navales Françaises Libres et que nous n'y tolérerons aucune des puissances qui oppriment l’Europe. En ces heures sombres de l’Histoire… la France veille.


Opération « Angebot für Alles » (Mai - Août 194…)(Officiel)

Les Allemands ont envoyé des navires corsaires dans l’Atlantique ayant pour but de mettre à mal les convois Alliés. La FANA décida d’apporter son soutien aux commandants Alliés et cette mission coïncidera avec l’opération « Bismarck » lancée en même temps en coopération des commandants US de l’USNFE. Trois des plus beaux fleurons de la marine allemande seront coulés sans autre forme de procès, afin de laisser libre passage aux convois Américains et Britanniques du Nord de l’Amérique et plus précisément dans la région de Halifax. La mission fut une réussite totale et l’ensemble de la FANA fut décoré à la suite de la mission.






Opérations « Libellule » et « Bismarck » (Juin - Juillet 194...)(Interne)

La mission « Libellule » consista à faire une reconnaissance minutieuse des côtes Ouest de la péninsule italienne. Outre les escadres militaires rencontrées et décimées, les commandants de la France Libre s’attachèrent à la destruction de plusieurs convois à destination de la Tunisie encore sous le joug de l’Allemagne afin de couper l’arrivé du matériel aux forces de l’Axe.

Au même moment, revenant de nos possessions Outre-atlantique une escadre repéra la présence vers l’Ouest du détroit de Gibraltar du célèbre Bismarck, fleuron de la Kriegsmarine, ainsi que son escorte. L’alerte fut aussitôt donnée et l’escadre « Libellule » mit le cap sur « le Rocher » alors qu’une autre escadre composée de FANA et des commandants de la USNFE faisait de même depuis l’Atlantique. Dès lors, à Gibraltar une chasse à distance s’organisa nous menant tour à tour vers Las Palmas et les Açores jusqu’à finalement nous faire traverser l’Atlantique Nord jusqu'au port Français de Saint-Pierre et Miquelon.

Grâce à l’excellente coopération franco-américaine et après de longs jours de poursuites et de combats, les premières victimes tombèrent coté allemand. Ainsi le Cuirassé de poche classe Deutschland nommé Admiral Scheer fut le premier à sombrer corps et âmes suivi quelques heures plus tard par le KMS Nürnberg (Croiseur léger classe Nürnberg). Ce n’est que trois jours plus tard et après un long combat et pas moins d’une quinzaine de tirs que l’escadre franco-américaine put finalement envoyer par le fond le KMS Bismarck… et même si elle avait du pour cela laisser filer un destroyer nul doute que cette victoire était l’une des plus éclatante que la Flotte Française ait mis à son actif. Et plus qu’une victoire, c’était également un avertissement fort aux capitaines de l’Axe… les océans ne seraient jamais assez grands que pour vous protégez des commandants de la France Libre.

(RP collectif - Cliquez ici)


Opération « La Route des Pharaons » (Août - Octobre 194…)(Interne)

Ayant eu vent, au retour de l’opération Bismarck d’un piège tendu par plusieurs Wolfpack de l’Axe au niveau de Gibraltar, les commandants FANA et USNFE décident de laisser ces messieurs nous attendre et de disparaître aux yeux de tous pendant quelques semaines. En réalité, pendant que les services secrets de l’Axe tentent de repérer sans succès les FNFL, ceux-ci ont pris le pari de faire le tour complet de l’Afrique pour entrer en Méditerranée, leur jardin, par le canal de Suez. Les îles du Cap Vert, St-Helen, Port Elisabeth et Madagascar seront visitées avant de sécuriser la zone en face de la Somalie et de son port Italien de Mogadiscio ainsi que de la Mer Rouge et le port italien de Massaoua. Les FNFL et USNFE seront rejoints à hauteur de Djibouti par la Force A, flotte britannique ayant pour mission de ravitailler le port de La Valette mis à mal par les Italiens pendant que celui-ci était vide...
Nous entrons donc en Méditerranée dans le dos des forces de l’Axe, qui nous attendent toujours à Gibraltar…, ou nous sommes rejoints par la Flotte de Mer Noire (URSS) et la Force K (UK).


Opération « Faucon » (Octobre - Décembre 194…)(Interne)

Les FNFL organisent au mieux les différentes forces Alliés en présence afin de ravitailler le port de La Valette. Depuis Port-Saïd, un convoi de plusieurs navires ravitailleurs est escorté vers Malte. L’opposition de l’Axe est limitée en raison notamment d’un manque de préparation de leur part quant à cette mission mais également en raison de la supériorité affichée des Alliés. La première rotation permet ainsi de détruire le dispositif de surveillance qu’avait mis en place l’Axe autour de La Valette, ceux qui ne seront pas détruits fuiront rapidement devant l’expérience Alliée. La deuxième rotation permettra quant à elle de sécuriser encore un peu plus les alentours de Malte et de placer un important dispositif de sécurité autour de l’île tout en assurant un ravitaillement des stocks du port. Les forces de l’Axe fuiront définitivement la zone lorsque plusieurs torpilleurs, destroyers, submersibles et croiseurs (notamment Abruzzi) seront coulés, laissant ainsi la zone sous contrôle Allié.

(RP collectif - Cliquez ici)


Opération « Taxi » (Décembre 194…)(Interne)

Libre de toute menace sérieuse, le port italien de Tobruk est pris le 5 décembre à 16h précise sous le feu nourri de l’Escadre Franco-Americano-Russo-Britanique. Rien ne résistera aux tirs continus durant 12h d’affilées et aussi bien l’important dépôt d’essence que l’armurerie souffriront d’importants dégâts. La forteresse quant à elle sera laissée en ruine, les batteries mises hors d’usage et toutes les voies de communication détruites. Les troupes de l’Afrika Korps de Rommel, déjà en difficulté de part les actions terrestre des Alliés, se retrouvent à présent avec d’énormes problèmes d’approvisionnement ce qui devrait permettre aux troupes au sol de respirer un peu.
Les FNFL se retireront dès lors de la rade du port en ne laissant qu’un amas fumant derrière eux, carnage qui devrait faire comprendre à certains ce qu’il en coûte de s’attaquer aux FNFL.

(RP collectif – (voir Opération « Faucon »))


Opération « Agatha » (Février - Mars 194…)(Interne)

Faisant suite à un changement d’affectation générale du matériel pour cause de révision ([HRP : réforme navires 2010]), la FANA décida en accord avec leurs homologues Soviétiques d’aller en Mer Noire afin de parfaire la coopération Franco-Russe déjà établie de longue date et qui ne demandait qu’à être renouvelée. Si plusieurs navires Allemands et Italiens furent coulés face à Varna et Constanza, nous recevions dans le même temps la nouvelle comme quoi la X- Mas, que bizarrement la révision du matériel ne semblait pas avoir touchée de manière équivalente (…), entrait à Istanbul. Les Italiens ayant déployé moult navires fort supérieurs en nombre et puissance, la seule alternative viable fut d’opérer les combats au départ de la Crimée et du port de Sébastopol. Une première escarmouche à l’avantage des Alliés fit déjà reculer un ennemi frileux malgré son avantage. Cette frilosité se transforma rapidement en débandade lorsque la Force K répondit à l’appel pour prendre position dans Istanbul. Les arrogantes forces Italiennes filèrent à toute allure vers la porte de sortie de Mer Noire, abandonnant encore une fois les éléments de la 13ème derrière elles, et ce alors qu’à cet instant le nombre de navires Alliés équivalait celui de l’Axe, grâce notamment aux submersibles Italiens dépêchés sur place. La suite n’est qu’habituelle fuite en avant des forces Italiennes vers les Dardanelles et Athènes, fuite intensifiée lorsqu’ils capteront en radio les fréquences de la deuxième flottille FANA, positionnée au sud de la Crète afin d'obliger les forces de l'Axe à abandonner la position qu’ils avaient tenté de prendre juste en retrait du champ de mines bloquant les Dardanelles.
Si les pertes des suites de cette opération peuvent être considérées comme équivalentes (12 Axe coulés pour 10 Alliés), la victoire morale et tactique revient sans conteste aux forces Alliés ayant su s’adapter à la situation et mettre en déroute un adversaire les ayant bien trop sous-estimées.

(RP - Cliquez ici)



Opération « Solstice à Las Palmas » (Juin 194…)(Interne)

A la mi-juin, revenant encore une fois de nos possessions Outre-atlantique, les forces de la 8ème flottille Allemande de Méditerranée sont repérées aux alentours de Las Palmas (îles Canaries). Il y à maintenant plus d’un an ces capitaines avaient quitté la Méditerranée non seulement sans dire au revoir (manque de courtoisie…) mais surtout en laissant la Mare Nostrum à la seule garde des Italiens, déséquilibrant ainsi totalement le rapport de force, ce qui chose bizarre n’avait pas eu l’air d’émouvoir outre mesure leur Etat Major.

L’escadre mixte (FNFL-US-UK) mouilla donc au soir du 22 juin dans une anse de Madeira, à la Ponta de São Jorge. Au petit matin du 23, un Croiseur de classe Leipzig venant de prendre pour cible un torpilleur de l’escadre la première vague d’assaut répliqua et coula ou endommagea une grosse partie des navires hostiles. Les Allemands se replièrent en formation dispersée vers l’Ouest et le Sud-ouest sans se douter qu’une deuxième partie de l’escadre les y attendent. S’en suivit dès lors une course poursuite menée de jour comme de nuit et qui vit d’autres navires de l’Axe se faire couler ou endommager. Nous suspendîmes la chasse le 26 juin à midi estimant avoir perdu l’effet de surprise et avoir infligé suffisamment de dégâts pour cette fois.

Le résultat sans appel de cette escarmouche décomptera du service actif de la Kriegsmarine : trois Croiseurs Leipzig ; un ravitailleur rapide ; deux destroyers lourds ainsi qu’un troisième fortement endommagé mais qui pourra néanmoins s’échapper à la faveur de la nuit, le tout sur les onze navires de leur escadre.


Opération « Africa » (Juillet – Août 194…)(Interne)

Dans le même temps que l’Opération « Solstice à Las Palmas » le BCRA nous informe que la X-Mas aurait profité d’un moment d’accalmie pour s’exfiltrer sur la pointe des pieds de la Méditerranée pour une destination inconnue, qui ne le restera pas longtemps suite à un renseignement venu de nos services basés à Malabo (Golfe de Guinée). Décision est donc prise d’activer nos services de renseignements Africain pour les suivre à distance et aller se rappeler à leur bon souvenir.
Profitant de leurs erreurs (et notamment celle de vouloir couler à tous prix des navires vides et sans équipages en stationnement le long des côtes Kényannes) nous arrivons dans une manœuvre audacieuse de contournement faite dans les règles de l’art à accoster à Aden pour un ravitaillement. Le canal de Suez étant, en principe, fermé à la navigation nous ne craignons pas l’arrivé de renforts par le nord et les divers services confirment la tranquillité de nos positions. Pendant ce temps, les Italiens arment divers navires laissant à penser qu’ils vont braver les dangers de la Mer Rouge mais soudain, sans qu’aucun élément ne vienne l’expliquer de manière rationnelle (ni ne l’ait expliqué à ce jour), la quasi-totalité d’entre eux prend l’avion pour l’Italie. Ils abandonneront ainsi leurs croiseurs lourd Zara et Hipper qui, malgré avoir demandé sans succès à l’amirauté de pouvoir utiliser les facilités portuaires Japonaise, se verront couler quelques jours plus tard avec leurs deux téméraires et valeureux escorteurs.
Remontant ensuite par la Mer Rouge, nouvellement réouverte, nous ponctuerons ce magnifique voyage Africain par la destruction des installations du port Italien de Massaoua et le pillage de quelques menues petites choses en guise de souvenirs.

(RP Massaoua - Cliquez ici)

Opération « Retour en MED » (Septembre – Décembre 194…)(Interne)

L’opération « Retour en MED » se décompose en deux phases, l’une du coté oriental, l’autre du coté occidental de la Mare Nostrum.

En ce début septembre 194.. l’escadre entre enfin à nouveau chez elle, la Méditerranée. Nous nous divisons en deux groupes. L’un ayant pour but de faire le ménage devant Tobrouk-Benghazi, l’autre devant Athènes-Héraklion. Plusieurs dizaines de militaires et cargos seront coulés. Dans le même temps nous apprenons que le Bismarck est passé comme une fleur devant Gibraltar ou ni les mines ni l’aviation ne sont intervenus et que, la jonction faite avec la X-Mas, ils traversent à toute vitesse la Mare Nostrum vers nous. C’est devant Tobrouk que le premier affrontement aura lieu face aux 12 cuirassés et croiseurs de la X-Mas au grand complet, aidé de la 6e ALL. Nous coulons deux croiseurs Abruzzi, un croiseur Duca d’Aosta, un T39, un destroyer Sella et un destroyer 1936A... Endommageons aussi le navire atelier dont la protection ‘reflex’ tombe particulièrement à point…Ils rompent le combat dans la soirée et filent en direction de Tobrouk.

Les Italiens laissés à leur triste sort, nous continuons la route vers l’Ouest en direction de l’île de Malte et vers Alger. À la fin novembre nous sommes devant Gibraltar pour accueillir l’escadre ALL de la Geschwader Deutsch-Holländischen (GDH de son petit nom) qui tente d’y forcer le passage. Ils seront renvoyés manu militari du 5 au 10 décembre par une manœuvre de prise en tenaille entre le groupe stationné au port et celui stationné à l’Est du détroit. Ils perdront dans l’aventure un croiseur lourd Prinz Eugen, leur navire-atelier Neumark,  un croiseur lourd Hipper, deux croiseurs légers Leipzig, agrémentés de leur escorte et de quatre submersibles traînant sur place coulés en coopération avec la FNFO, fraîchement arrivée sur place.

La Mare Nostrum n’a jamais aussi bien porté son nom… "Notre mer"



Opération « Cigale » (Février – Mars 194…) (Interne)


Apprenant que la X-Mas & Co. faisait, avec sa pléthore de croiseurs et cuirassés (9 modèles ont été recensés à l’époque), la chasse aux destroyers et croiseur léger de la FNFO depuis la Sardaigne, l’escadre mixte en rade de Gibraltar à ce moment pris la direction d’Alger afin de faire la jonction avec leurs homologues de la France Libre. Très vite les Alliés ne formèrent plus qu’une seule et même machine de guerre aux coups de la quel les forces Italiennes et Allemandes succombèrent rapidement. D’abord a quelques encablures au Nord d’Alger qui vis les naufrages d’un croiseur Abruzzi trop téméraire et de son escorte ainsi que de plusieurs submersibles Axe, les combats se déplacèrent vers le Nord à mesure que les navires de l’Axe en prenait la direction (ou était-ce la direction de leur ports ?). Bien vite les submersibles de la FNFO s’attaquèrent aussi à leurs arrières et mirent hors course leur navire atelier, semant la panique dans leurs rangs. C’est alors que, tandis que le jour pointait, l’escadre mixte coordonna une attaque éclaire qui devait coûter en un peu plus de 30 minutes un cuirassé classe Conte di Cavour à la Regia Marina. La déroute de l’Axe fut totale et c’est en ordre dispersé qu’ils rejoignirent le port de Toulon, laissant derrière eux quelques navires qui furent bien vite coulés comme ce croiseur léger classe Cadorna resté trop longtemps à portée de nos canons.

Après un bref passage vers la Sardaigne nous retournons sur Alger pour nous mettre au service de la Force H, fraîchement arrivée en Méditerranée (non sans une énième débauche d’énergie de la part de la propagande Axe), et avec l’objectif de ravitailler l’île de Malte. C’est ainsi que nous leur servirons d’avant-garde et d’escorte, aidé par les yeux de nos alliés du Silent Service et du Silent Squad Sons of Nemo, tout au long du trajet vers La Valette qui, une fois de plus, est assiégé par les Forces de l’Axe. Forces qui ne capitaliserons pas leurs forte présence et déciderons de nous laisser rallier Malte sans encombres. Le voyage de retour vers Alger ne se passera pas autrement, X-Mas et 6e ALL ayant préférée rejoindre la Mer Egée pour y perdre un Bismarck face aux Alliés sur place, mais ceci est une autre histoire…

RP (Par la FNFO) - Cliquez ici


Opération « Scarabée » (Novembre – Décembre 194…) (Interne)

Devant Alexandrie et rejoins par les camarades soviétiques de la Flotte de l'Arctique, nous organisons une chasse ASM pour contrer les nombreux sous-marins de l'Axe signaler sur place. Fructueuse elle permettra de couler une petite dizaine de submersibles en quinze jours, principalement de la valeureuse XIIIe ITA et la 9e ALL.

Conforter par ces bons résultats nous décidons de prolonger cette coopération en Mer Egée au moment ou l'Amirauté nous transmets des ordres pour une opération conjointe nommé « [Pastis-Vodka] ». En effet, l'entrée en guerre au côté des forces du mal de la Roumanie change quelque peu la donne en Méditerranée et il devient urgent pour l'Amirauté de récupérer certaines prises de guerre allemandes avant que ceux-ci ne les déplacent à nouveau. C'est ainsi que l'on nous demande de sécurisé la Mer Egée et de faire taire les différentes batteries et autres blockhaus éparpillé le long de la côte Grecque et Mer de Thrace. Ainsi les rebelles Turc à la solde du Reich tentant de fermer le détroit de Marmara seront mis au pas et c'est avec l'appui de commando S.A.S. du Colonel Tsigantes et de leur matériel embarqué sur nos navires que nous faisons route sur la Base Aéronavale de Kassandra en mettant hors d'état de nuire les Blockhaus de Toroni (Batterie côtière moyenne Type Tu/t) et batterie de Melivoia (Batterie côtière lourde Type Tu/t). Suivant nos ordres, nous débarquons tout ce petit monde en même temps que nous faisons parler nos canons et dans la nuit nous récupérons le fameux prototype Payen Pa.22 Flêchair. Après une dernière escarmouche d'avec la station radar de l'île de Rhodes, l'escadre complète de la FANA, UNSFE, ForceK et Flotte de l'Arctique rentrons dans nos pénates pour les fêtes de fin d'années.

(RP collectif - Cliquez ici)

Opération « Sahara » (Mars – Avril 194…) (Interne)
Nous retournons en Mer Egée pour enfoncer le clou et dès les premiers jours la Prima Flottiglia Scuola nous donne du fil à retordre autour des Cyclades. Par respect pour leur courage nous acceptons leur proposition mais devons rapidement nous rendre à l'évidence : les MS et autres MAS sont solubles à l'arme Anti aérien. Tout comme le seront les navires de la 6. flottille der schwarzen meer wolfpack venus miner entre les îles et devant notre nez et sous la protection de leurs submersibles qui payeront un lourd tribut durant tout le mois d'avril.

Dans le même temps, nous répondons présent à l'appel des Force H et N qui envisagent de cadenassés la Méditerranée entre la Crète et le Cyrénaïque. La I Flottiglia volontariGermanico ainsi que les roumains de la 1-Regala Romana A Flotei descendu de Mer Noire vers Athènes sont intercepté à hauteur de l'île de Skyros, une partie doit retraiter sur Thessalonique alors que de nombreux autres coulent, perdant notamment un Cuirassé de poche Ansaldo et un croiseur Abruzzi. La poursuite continue néanmoins jusqu'à Tobruk où nous enfermons leurs unités lourdes et décimons les autres. à nouveau les submersibles de la 6. flottille der schwarzen meer wolfpack sont décimés par les forces Alliées à raison d'une ou deux unités par jour. La dernière victime de la longue liste des 36 victoires de l'opération Sahara sera le KMS Blücher (Croiseur lourd Prinz Eugen) tombé dans le piège des mines et coulé alors qu'à quelques encablures seulement, les forces italiennes se regroupent en prévision de la grande offensive de l'Axe en Méditerranée ayant vu se déplacer un contingent de plus de 35 navires de combats venus spécialement d'Atlantique en réaction à l'imposante suprématie Allié. Tout se déroulait donc pour le mieux puisqu’enfin ils réagissaient comme nous le souhaitions, laissant seul et dépourvu leur alliés qui finiraient bientôt par en payer le prix sous les canons conjuguer du Brésil et des Etats-Unis d'Amérique... mais ceci est une autre histoire.

(RP collectif – (section Alliés only, désolé) Cliquez ici)


Opération « Coccinelle » (Octobre – Février 194…) (Interne)

L’armada de l’Axe ressortie bredouille de Méditerranée se reforme en Mer Celtique et nous répondons encore une fois présent à l’appel de nos confrères Britanniques. Poursuivant la RNSB, il n’aura fallu que la vue de cinq de nos navires aux quatre flottilles Allemande pour stopper leur course et se regrouper. Une habile manœuvre plus tard, ces flottilles mis dans le vent et aussitôt reparties chasser le chalutier armé, nous attaquons les lignes arrière de l’armada Axe. L’attaque lancée le 26 au soir est meurtrière et Drachen, GDH et Vanaheim sont décimés par les actions combinées des flottes venues du sud et du nord à l’entrée du canal St Georges. La première phase de l‘opération est un succès, les croiseurs et cuirassés adverses tombent comme des mouches, la coopération avec les flottilles du Nord se passe à merveille.

Remontant vers l’Islande, base arrière de cette opération, nous apprenons qu’égal à eux même les 8e et 6e ALL s’attaquent à une flottille Russe (Sivernii Flot) dans le cercle Arctique. Ni une ni deux, nous tendons une embuscade à ces vieilles connaissances que sont les capitaines de la 6e. Et le 19 novembre au petit matin c’est un Bismarck aux abois qui rejoint les eaux glacées de l’Atlantique Nord suivi de près par son sister ship et toute son escorte. L’arrogante flotte Allemande à un genou à terre.

C’est alors qu’est mis au point, dans le plus grand secret, la troisième et dernière phase de l’opération. Les flottilles de submersibles Die Lachende Swertfische et 34.Unterseebootsflottille.Phönix étrennent une nouvelle technique de chasse ASM. Peaufinée pendant la trêve des confiseurs, c’est alors, plus fort que jamais, que la flotte Alliée déploie tout son savoir faire et son ingéniosité pour profiter au maximum de l’erreur monumentale des flottes de surface Allemande réfugiées en Baltique, la peur au ventre et tiraillées par leur impuissance face aux capitaines Américains, Brésiliens et Soviétiques venus en renforts. Ce ne sont dès lors pas moins de 17 submersibles qui seront coulés en un mois et demi de temps. Cet ainsi, complètement dépouillé de sa principale force de frappe, de son fleuron, de la fine fleur de son élite que la marine Allemande subit l’un de ces plus gros revers.

Le 4 février prend officiellement fin l’opération Coccinelle, par une réception donnée quelques jours plus tard à Londres. Le décompte est sans appel puisque l’Axe a perdu pas moins de 7 cuirassés, 11 Croiseurs, 25 submersibles, 5 navires de soutiens (dont 4 navires ateliers) et 11 escorteurs divers. Au total, en seulement quatre mois, l’Allemagne a perdu 59 navires et l’équivalent de plus d’un an de production de leurs chantiers navals.

(RP collectif - Cliquez ici)


Médaille d'unité décernée à l'occasion de cet opération.



Opération « Copalme » (Février – Mars 194…) (Interne)

« La Kriegsmarine reste invaincue… »… Nous ne savons à ce jour toujours pas si cette phrase est le titre d’un prochain Vaudeville sur les ondes de Radio Paris ou si elle à été prononcée avec sérieux par un éminent membre de l’état major allemand pour l’Atlantique. Toujours est-il qu’une fois de plus la réalité du terrain rattrape les discours feutrés des salons en ces mois de février et mars où une formation de plusieurs submersibles alliés et une large flotte de surface, infligent de lourdes pertes sur la façade Atlantique allant de Brest à Bordeaux. Nous nous devons de souligner ici une fois de plus le travail exemplaire fourni par les sous mariniers soviétiques, britanniques, américains et français pour mettre à mal l’arrogance teutonne.
Le 8e ALL appliquant la technique dite de « l’escargot » pour leurs navires les plus lourds, poste ses patrouilleurs rapides devant Brest et tente d’harceler nos lignes pendant que ses destroyers ASM s’emploient à traquer les submersibles qui leur font tant de misère. Faut-il aussi y ajouter les erreurs récurrentes qui leur coûtent toujours plus de submersibles ?

La frilosité dont ils font étalage permet à la flotte de collecter de nombreuses informations essentielles sur les côtes françaises mais surtout de voir le naufrage d’une trentaine de navires [PJ] dont deux croiseurs de reconnaissance classe Spähkreuzer, quatorze submersibles et autant de navires légers dont 7 patrouilleurs rapides.

(Une caricature parue dans un journal satyrique clandestin proposait il y à peu une version imagée de cette opération - Cliquez ici)


Opération Phoenix (Dattier) (Avril-Août 194…)(Interne)

Avec le retour des beaux jours nous laissons les Allemands d’Atlantique Nord à leurs reconstructions et à leur triste sort pour revenir profiter des eaux turquoise et du sable fin de notre chère Méditerranée. La traversant de part en part tout en décimant encore une fois, avec l’aide des Alpha et de l’AF, les submersibles de l’Axe (21 naufrages enregistrés) accrochés sur les convois Alliés de la Sicile tels des coquillages sur une planche de bois, nous rejoignions nos quartiers d’été.

A la mi-juillet nous sommes intégrés par le Quartier Général d’Alexandrie à l’opération Tidal Wave, sous le nom de code d’opération Phoenix (Dattier) où nous opérons une diversion pour les unités navales et aériennes de l’Axe en Crète et Dodécanèse. Pendant que volent les unités navales US en direction des complexes pétrolifères Roumains, nous abattons et / ou endommageons un nombre important d’avions de type Messerschmitt et Fiat CR.32 entre les 28 et 31 juillet. Puis au matin du premier août nous recevons la mission complémentaire de retrouver le B24 Liberator nommé "Golden Cat", son équipage et son matériel hautement précieux, abattu par les avions Bulgares au retour de mission vers Samothrace et Thasos. Quelques jours plus tard, l’ensemble de l’équipage fut repêché et les unités navales Roumaines de Thessalonique exterminées et ce ne sont pas les unités Allemandes venues en renforts ni les Avia B-534 Bulgares  revenus à la charge qui y changerons grand-chose.

Conquis par notre savoir faire, le QG d’Alexandrie dépêcha alors au port de Famagusta un commando du French Squadron des célèbres SAS (Special Air Service) que nous avions à charge de convoyer et de récupérer après l’opération d’infiltration de  l’aérodrome de Maleme situé à la pointe Ouest de la Crète. Pendant ce temps et suite à l’alerte donnée à l’occasion des explosions (22 avions ainsi qu’un stock important de kérosène, d’après le QG), l’escadre entreprit le pilonnage des côtes Sud afin de garder ouvert un couloir propice à l’exfiltration des hommes du capitaine Bergé… les unités d’infanterie s’en souviennent encore. Bien qu’ayant subi des pertes, le commando put rejoindre l’île de Chypre après quelques jours de mer, clôturant ainsi nos opérations en Mer Egée.

(RP en cours - Cliquez ici)


Opération Perenna (Septembre-Novembre 194…)(Interne)

La mythologie Romaine nous raconte comment Anna Perenna, fille de Bélos, dupa le dieu Mars en lui faisant croire qu’elle avait convaincue Minerve dont il était éperdu. Bientôt celle-ci apparut la tête couverte d'un voile comme une nouvelle épousée, Mars se précipita pour l'embrasser et découvrit le visage d'Anna Perenna. Le dieu bafoué fut saisi tour à tour par la honte et la colère.

C’est à un autre jeu de duperie que l’escadre Alliée s’assaillit avec les biens-nommés flottilles Italiennes Ie MAS Marte et Ie MAS Bellona. Une passe d’armes en trois actes:
1° Espionné par une formation de Motoscafo armato silurante (M.A.S. pour les intimes), notre première rencontre fût intense et fructueuse, du moins pour nous. Eux retournèrent tous en avion vers leur point de départ. Cela leurs apprendras à écouter aux portes (et à mal nous parler pour l’un d’entre eux).

2° Par un heureux concours de circonstances nous retrouvons ces mêmes flottilles, cette fois au grand complet, prises à revers et ainsi coupées de leur base arrière alors qu’elles s’approchaient d’Alexandrie. Elles prirent alors l’option de se disperser d’une part vers Tobruk, poussées en cela par nos unités placées en visuel à leur nord vers notre guet-apens à la pointe du Ras Beddud. D’autre part vers le Nord-Est où nos unités du Nord leurs coupèrent la route de la Crète. Toujours poussés plus loin à l’Est nos navires purent prendre encore l’avance nécessaire en se faufilant entre les îles de Rhodes et Karpatos où attendaient déjà les trois navires de la Force C, cueillant ce qui restait de leurs gabiers essoufflés.

3° Arrivés en retard ou simplement au mauvais moment au mauvais endroit les unités roumaines de la 1-Regala Romana A Flotei firent office de cerise sur le gâteau lorsque celles-ci, tombées en pleine manœuvre d’approche du Cyrénaïque, furent à leur tour entièrement traquées et décimées jusqu’aux portes du détroit de Kassos, qui pour elles, porta dès lors si bien son nom.

En un peu moins de deux mois ce fut dès lors 11 submersibles et 12 navires de surface dont deux cuirassés (classe Conte di Cavour & classe Roma) qui vinrent grossir la liste des navires Axe ayant eu à subir notre organisation.

(RP collectif - Cliquez ici)


Opération Jonquille & Bégonia (Novembre - Janvier 194…)(Interne)

Après avoir bouté l’Italien hors de la « Mare Nostrum », le Grand Quartier-Général Allié en Méditerranée nous confie une mission de la plus haute importance et de la plus grande dangerosité. En effet, le Haut-Commandement a mis sur pied une opération combinée aéronavale en Mer Adriatique avec pour but d’exfiltrer des prisonniers de guerre alliés évadés de plusieurs camps en Italie via une opération amphibie.

Il fallu toute la dextérité et la discipline de l’escadre pour braver le détroit d’Otrante large de soixante-douze kilomètres et protégé par les nombreux croiseurs du port majeur de Tarente et du port sous domination roumaine de Vläre. Ainsi, infiltrés en territoire hostile, nous avons effectué entre les plages d’Ancona et de Pescara -en arrière des lignes de défense terrestre- plusieurs rotations avec des engins de débarquement (LCA - Landing Craft Assaults) dans lesquels purent embarquer près de quatre cent prisonniers et ceci sous le feu nourri de l’ennemi et sous la menace constante des hydravions bombardiers de type Savoia Marchetti S.55X venus de la Stazione Idrovolanti « Ivo Monti ».

Suite à cela, nous eûmes de la part d’un colonel irlandais des informations concernant la construction à Venise d’installations militaire portuaires de grande ampleur. L’escadre fit immédiatement route vers la Cité des Doges afin d’en effectuer une minutieuse reconnaissance. Suite à cette observation risquée, nous exécutâmes des raids aériens d’une grande précision eut égard de la valeur de la ville, tout en tenant en respect les escadres italiennes venues de Trieste. Une fois l’objectif atteint, le détroit d’Otrante fut à nouveau franchi afin de rejoindre l’Égypte, point de départ et d’arrivée de l’opération où l’escadre fut une fois de plus accueillie triomphalement après avoir mené à terme cette opération aussi audacieuse que périlleuse au cœur des territoires de l’Axe.

(RP collectif - Cliquez ici)


Médaille d'unité décernée à l'occasion de cet opération.


Opération Winter is coming (Février - Avril 194…)(Interne)

Au début du mois de février nous apprenons la mise en place d’une opération Alliée de grande envergure en Atlantique Nord afin de répondre et de contrer l’armada des forces de l’Axe venue de toutes les mers dans ce secteur, alors même qu’ils se plaignent de nos rassemblements (la poutre… toujours la poutre). Devant d’abord se débarrasser par la force et la ruse des deux flottilles de submersibles (13ème ITA et 34ème ALL) envoyées en vain pour nous surveiller, nous arrivons à sortir de Méditerranée sans être vu.

C’est alors que, trop occupé par et trop confiant sur les escarmouches portées par les Alliés sur place, l’armada Axe est coupée de ses lignes par une audacieuse manœuvre d’encerclement au soir du 26 mars, les obligeant ainsi à faire route en pleine mer d’Irlande selon nos prévisions et nos plans. Ainsi acculés et désœuvrés par la perte de leur « maître à penser », ils accumulent les erreurs et se font couler les uns après les autres sous les coups de canons aussi précis que meurtrier des commandants Alliés. Un an après la raclée prise en Atlantique Nord, les Axes perdent une fois de plus leurs plus grosses unités tout au long de leur vaine fuite, bloqués par l’arrivée au sud de l’Irlande de nos confrères US de l’AF et de la TF81 qui les pousseront droit dans les filets de nos submersibles.

Sur les 34 navires coulés de leur armada, la perte de 6 cuirassés et 7 croiseurs remet les Tartuffes, les grossiers merles et autres médisants de tous poils à leur place. Ils portent seuls le fardeau et la responsabilité de cette déroute et de cette leçon de tactique militaire.



Opération l’Or des Braves (Juillet – Octobre 194…)(Interne)

Au sortir de notre opération en Atlantique Nord contre les forces de l’Axe, nous nous voyons confier une mission pour le moins singulière et frappée du sceau du plus grand secret. En effet, il s’agit ni plus ni moins que de traquer dans l’immensité de l’Atlantique Sud un navire d’exploration chargé de convoyer un trésor de deux millions de Dollar Or, sur lequel, en septembre 1939, le célèbre Cuirassé de poche Graf Spee avait fait main basse.
Cette folle course nous entraina de la baie du Rio de la Plata (Montevideo – Argentine) sur l’épave du géant d’acier jusqu’aux confins de la Terre de Feu à la base secrète de Punta Arenas.
Sur place, nos submersibles Eurydice et Surcouf débarquèrent des commandos pendant que l’escadre pilonnait sans relâche l’aérodrome Italien. Tout cela sous le feu nourrit d’un réseau de casemates postées sur les hauteurs de la Punta de Hambre que nous devions également détruire.
C’est finalement à Stanley Harbour, situé sur l’île Est des Malouines, que se finit notre mission par la livraison du butin retrouvé, dans son intégralité après ce long périple qui nous aura fait traverser la moitié du globe. Sur place et pour services rendus à la nation, l’ensemble de l’escadre fut décorée comme il se doit par l’amiral Ernest J. King venu prendre livraison du précieux trésor.

Encore une fois, l’escadre avait prouvé qu’aucune mission ne pouvait lui résister et que nulle distance n’aurait raison de sa volonté à participer à la victoire finale.


(RP collectif - Cliquez ici)



Médaille d'unité décernée à l'occasion de cet opération.


Opération Azorina vidalii (Mars - Avril 194...?)(Interne)

Du golfe de Gascogne jusqu'aux îles du Cap vert en passant par les Açores, le long périple de l'escadre Alliée suis les tribulations et hésitations des flottilles « Rit-ALL » semant derrière eux les traces de leurs passages. Mais lorsque nous leur sautons dessus le Petit Poucet change de main et c'est à notre tour à présent de semer sur l'océan des carcasses fumantes de la Drachen, Germanico et Ia MAS. À la fin d'un trépidant chassé croisé fait de belles man?uvres militaires, de coups de bluffs plus ou moins réussis et de mouvements de maîtres tous camps confondus nous faisons honneur à notre réputation et laissons survivre quelques navires de faible tonnage afin, selon la formule consacrée, qu'ils puissent raconter aux autres. Mais à nouveau les plaies sont vives chez nos ennemis, à nouveau nous avons frappé dur, à nouveau la gabelle imposée est cinglante: trois cuirassés, quatre croiseurs et trois navires de soutiens (atelier et Kormoran).


[center](RP collectif - [url= http://dasboot.motionforum.net/t17207-operation-azorina-vidalii]Cliquez ici[/url])



A suivre?



avatar
Erwan Lafleur

Messages : 2389
Date d'inscription : 06/10/2009
Localisation : Tu vois le groupe de jolies filles la-bas...

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum